Depuis le début du mois d’Octobre, l’Agence Nationale de sécurité du médicaments et des produits de santé (ANSM), la Haute Autorité de Santé (HAS) et le ministère de la santé ont mis en ligne une base de données sur les médicaments, librement consultable. Elle est destinée aux professionnels de santé mais également aux usagers.

Cette base de données fournit des informations assez diverses sur les médicaments et leur substances actives : composition détaillée, emballages utilisés, conditions de prescription, indications thérapeutiques et informations de sécurité sanitaire, et taux de remboursement.

Espérons que ce projet d’envergure bénéficie de l’appui nécessaire pour durer dans le temps.

On déplore tout de même l’impossibilité de rechercher un médicament par son code CIP. Par exemple, une simple recherche « doliprane » affiche une liste de 21 médicaments, que l’utilisateur devra lire en intégralité avant de trouver la bonne fiche de médicament.

Il semblerait que l’accès libre à une telle base de données, ou encore l’autorisation de la vente en ligne de médicaments, soient autant d’exemples d’une volonté de responsabiliser et d’informer le patient.

Au 22 Novembre 2013, le Nouvel Observateur indique via son site Pourquoi Docteur, qu’un million de pages ont été visitées sur ce site officiel depuis son lancement.